Partagez|

Oh voleur ! Calleigh & Rose

avatar

Rose Parrot

Weird people in the streetWeird people in the street
Nombre de message : 24
Age : 30
Date de naissance : 16/10/1987
Date d'inscription : 05/02/2018 Emploi/loisirs : Couturière
Célébrité choisie : Bethany Joy Lenz
Multicomptes : aucun
Lun 12 Fév - 21:50
Oh voleur !ft. Calleigh B. ANDERSON

J’étais dans mon lit enfermée dans ma petite chambre de 9m² je n’avais pas pu mettre beaucoup plus de meuble dans cette mini chambre mais elle faisait bien l’affaire. Mon matela avait le confort d’un nuage, enfin je n’ai jamais dormi sur un nuage mais j’espérais que cela était aussi confortable. C’était le seul investissement que j’avais fait depuis mon arrivée dans cette ville. Je dormais paisiblement quand le réveil sonna à 08h30, j’avais prévu plusieurs rendez-vous et je devais absolument tout faire ce jour. Quand le réveil sonna, je fis un bond  dans le lit, il faut dire que j’étais partie loin. Le soleil brillait dans l’appartement il devait faire jour depuis un moment maintenant.

Après quelques minutes a essayer d’émerger dans le lit, je me décidai à sortir enfin de celui-ci et enfilai mes chaussons en forme de panthère rose. Je me dirigeai vers la cuisine pour me préparer mon bol de céréales. Posai dans le canapé, le silence régnait dans l’appartement, je songeai au planning de ma journée et j’en imaginais le moindre détail. Je pris un peu de vitesse pour me rendre dans ma salle de bain afin de me rafraichir. Je vivais la nuit, mes rêves semblaient tellement intenses, j’en vivais les moindres détails et j’avais toujours l’impression au réveil d’avoir fait du sport, la douche était donc inévitable. L’eau bien chaude ruisselai sur mon visage pendant je me savonnais le corps. La serviette rose brodée à mon nom que m’avait offert ma mère pour mon départ de chez papa maman quand j’avais 18ans était accrochée au porte manteau de la porte. Je l’attrapai rapidement afin de m’enrouler dedans pour avoir plus chaud. Cette serviette ne me rappelait pas forcément de bon souvenir puisqu’à l’heure actuelle j’avais choisis de couper les ponts avec mes parents qui n’avaient fait que guider ma vie sans prendre réellement en compte mes envies.
Je  couru vers ma chambre afin qu’aucun voisin ne puisse m’apercevoir en serviette, j’attrapai les quelques fringues qui jonchaient le sol pour les enfiler rapidement. Un jean, un tee-shirt tout simple et mes converses constitués ma tenue rapide de la journée. J’étalai rapidement un peu de BB crème afin de ne pas avoir l’air d’un zombi, un peu de mascara et j’étais partie de mon appartement ni une, ni deux.

Je pris la voiture vers le nord de la ville où j’avais quelques rendez-vous de prévu. Je passais à la banque afin de gérer mon compte en banque qui avait enfin était créé depuis mon arrivée. J’avais prévu de rencontrer quelques personnes qui pourraient m’aider à trouver des clientes et me faire un nom dans le monde de la couture. Je partais de zéro et j’avais du boulot.
A la sortie de la banque je plaçai mes papiers dans ma veste et mon sac à la main je descendai la route principale. J’avançai vers mon prochain rendez-vous quand je sentis une pression venant de dernière. En quelques secondes je me trouvai propulsée vers le mur du grand bâtiment qui longé la rue, et démunie de mon sac à main. Je repris un peu mes esprits et leva la tête en regardant vers la droite, j’aperçu un homme courir, ce devait être mon agresseur. Je n’avais donc plus rien sur moi, à part mes vêtements et mes papiers que j’avais eu la fine idée de placer dans ma veste et non dans mon sac. Déjà que j’avais mis du temps à tout avoir pour venir ici, cela aurait été dramatique de devoir tout refaire. Je dédramatisais la situation en me disant que cela aurait pu être pire. Mais cela avait eu pour effet de casser ma motivation de la journée. Au lieu de me rendre à mes rendez-vous je n’avais plus qu’a me diriger vers le commissariat de police. Comme-ci je n’avais que ça à faire.

Mes mains vides je continuai ma direction pour aller jusqu’au commissariat qui se trouvait au bout de la rue. J’étais dépitée…et puis je me demandai si les policiers n’allaient pas me rire au nez, ils n’avaient pas que ça à faire. J’arrivai devant la porte d’entrée du commissariat je poussai la porte et me retrouva dans l’accueil un peu perdu, la dernière fois que j’étais rentrée dans un commissariat j’avais passé la nuit en garde à vue. La tête baissée j’attendais mon tour quand une jolie voix annonça : Madame je peux vous aidez.

Voir le profil de l'utilisateur
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» cadillac rose
» Rhino c'est rose.
» Strauss - Le Chevalier à la rose
» La Patère Rose :)
» Jami Rose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: