Partagez|

Avec le temps ~ Annabelle

Invité

Invité
Mer 7 Mar - 21:53

Avec le temps
Annabelle & Rhys

« Quelques belles lignes qui transpirent les beaux mots et la poésie, une belle petite mise en bouche pour le plaisir des mirettes. »
Comme tous les matins et surtout qu'il est l'heure, je change la pancarte se trouvant sur la porte dentrée. A peine ais-je le dos tourné que le son des grillons me donne dans les oreilles, à la vue, un homme d'affaire. Il prend place au comptoir sans même un salut me passant presque sur les pieds, non mais il se prend pour qui ? Je pose la dernière chaise sur le sol et me dirige vers le comptoir, cafetière en main j'attends comme un idiot. Je viens déposer une tasse vide sous son nez prenant soin de faire assez de bruit pour attirer son attention. De ma main libre, je ne manque pas de lui indiquer l’écriteau derrière moi ou un portable est barré. Il hausse les épaules ? Je lève un sourcil le regardant fixement, je tousse quand il lève à nouveau ses yeux vers le téléphone interdit. Cette fois son geste est de trop, déjà qu'il hausse des épaules et voilà qu'il soupir en se tournant dans l'autre sens. Je replace la cafetière à sa place, fait le tour du comptoir comme si de rien était et saisi l'homme par les épaules. En usant d'un peu de force, je l'accompagne à ma façon vers la sortie. Le type se trouve désormais les fesses au sol me regardant d'un air abruti, il n'a pas vraiment compris ce qu'il vient de se passer. Au moment où je lui tourne le dos, les grillons sonnent à nouveau. C'est dans un mouvement brusque je fais face à la porte pensant qu'il venait à la charge. Mon corps se détend à la vue d'une belle brune, toujours les bras croisés je la salue et repars vers le comptoir. J'attrape un tasse qui ressemble plus à un bol et y verse du café que je file vers Annabelle. Que vas tu me piquer aujourd'hui ? Y a plus de beignet.   
(c) DΛNDELION

Invité

Invité
Sam 10 Mar - 13:59

Avec le temps


Comme tout les matins, j'aime boire mon café avant d'aller travailler. J'ai toujours besoin de ce petit moment de tranquillité avant d'entamer une longue journée. C'est un peu comme un rituel pour moi, je ne peux même pas le nier. Une fois la douche prise et les cheveux secs, je m'habille d'un haut à manche longues rouge, d'une jupe longue noire et une paire de bottes de la même couleur. Une fois totalement prête, je récupère mon sac à main afin de sortir de chez moi. Je me rends à pied jusqu'à chez Rhys afin de prendre mon café. C'est là que commence mon petit rituel. Cependant, avant même d'entrer, je tombe nez à nez avec un homme d'affaire qui semble ne pas être très ravi. Tant pis pour lui, si Rhys l'a jeté dehors, c'est qu'il y a une raison après tout ! Enfin bon, je fais abstraction de ce détail avant d'entrer, le sourire aux lèvres. Je suis toujours de très bonne humeur sauf si j'apprend de mauvaises nouvelles mais ça... C'est un peu comme tout le monde ! Salut Rhys ! Lui dis-je, très enthousiaste. Je m'installe face à lui au comptoir. Il me connait très bien et connaît mon addiction au café, je n'ai même pas besoin de lui dire ce que je désires ! Le sauveur de ma journée, merci ! Je fais cependant la moue lorsqu'il m'annonce qu'il n'y a plus de beignets. Moi qui aurait tué pour en avoir un ce matin ! Bon, je ferais bien avec autre chose sans problème après tout. C'est pas sa faute ! Et puis même si c'était le cas, je ne pourrais pas lui tirer la tête pour ça. Et bien... Tu me proposes quoi à la place ? Lui demandais-je avant de boire une gorgée de mon café.



KoalaVolant

Invité

Invité
Dim 18 Mar - 12:42

Avec le temps
Annabelle & Rhys

« Quelques belles lignes qui transpirent les beaux mots et la poésie, une belle petite mise en bouche pour le plaisir des mirettes. »
Mais oui, j'avance avec mon temps sinon je n'aurai pas ce fichu portable en poche. Il n'y a que deux simples petites règles dans ces lieux, il n'est donc pas compliqué d'en respecter au moins une. D'ailleurs, ça servirait à quoi d'entrer ici si ce n'est pour profiter d'un petit moment de tranquillité ? Vous l'aurez compris, j'aime le calme. Vieux jeu ? Dites ce que vous voulez !

Je suis prêt à repartir à la charge quand les grillons de la porte se font entendre à nouveau. Un large sourire s'installe chassant la moue colérique de mon visage à la vue de cette femme. Un signe de tête en guise de bonjour, je n'ai pas dit que j'étais le meilleur dans les salutations. Rapidement, j’atteins le comptoir pour lui servir son café matinal parce que oui, je la connais suffisamment pour le savoir. Lui mentir ? Peut-être un peu si en garder pour son plaisir personnelle et lui faire croire qu'il n'y en a plus pour la vente est un mensonge. Ce n'est pas à coup de pain sec que j'obtiens ce ventre un peu arrondi, non, je ne suis pas gros ! J'affiche une mine sérieuse lorsqu'elle me demande ce que je peux lui proposer d'autre. Je jette un oeil sous la cloche de présentation, à vrai dire, je ne sais pas trop ce qui s'y trouve. Je ne devrai jamais confier la charge des pâtisseries à César, chaque fois je me le dis mais oublie rapidement. Je m'avance vers elle histoire que personne d'autre ne puisse entendre. D'après toi, ça ressemble à quoi ce truc ? Allez comprendre pourquoi je chuchote, il n'y a pas un chat après tout. Je me décale pour agripper une petite assiette et la pose devant Annabelle qui prendra peut-être le risque d'y goutter. Avec un petit air narquois j'y dépose ce que je soupçonne être une gosette mais alors fourrée à quoi... Bon appétit et si tu y trouve quelque chose, c'est pas ici que tu l'a eu.   
(c) DΛNDELION

Invité

Invité
Dim 18 Mar - 14:35

Avec le temps


J'admettrais que c'est probablement ce qui me plait le plus en allant prendre mon café près de Rhys : le calme. Bon, ça ne m'empêche pas pour autant de garder mon téléphone dans ma poche, à portée de main si jamais Nell a une urgence ou si on a besoin de moi. Un accident est vite arrivé quand on y pense et par conséquent, je reste joignable en toute circonstances... Enfin presque. Il m'arrive parfois de vouloir m'aérer la tête rien qu'une journée mais ça, c'est encore très rare que ça m'arrive. Je suis une addicte au boulot, ça me permet aussi de tenir étant donné que je fais ce que j'aime.

J'ai pris l'habitude de ce genre de salutations. Ça a toujours été ainsi du plus loin que je m'en souvienne et ce n'est pas ça qui me dérange d'ailleurs. En général, c'est plutôt pour le café que je viens. C'est ma drogue, ce qui me permet de tenir une journée entière au rythme que j'entretiens. Il m'en veut par bidons de 100 litres, par intraveineuse, tout est bon quand il s'agit du café ! Mais quand ce si délicieux café peut s'accompagner d'un petit quelque chose à manger, ça fait toujours plaisir. Comment ça je suis un estomac sur pattes ? Je ne vois pas du tout de quoi vous parlez... Et puis attention, je pourrais me vexer pour ça. Quand il me demande à quoi ça ressemble d'après moi, je réfléchis quelques instants, examinant ça avant de relever la tête vers lui. Hm... Ça a l'air d'être quelque chose de bon, de comestible et ça me fait envie. Ça se mange, Watson ! C'est tout ce que j'en retiens. J'arbore un beau sourire. Il se doute probablement que je le taquine, c'est bien mon genre en plus. Je retiens un petit rire avant de finalement ajouter. Puis si ça vient de César, je me doute que ça ne peut pas être mauvais. Je bois une gorgée de mon café tant attendu, quelle satisfaction de l'avoir enfin ! C'est peut-être le moment que j'attend le plus dans ma journée si je veux être totalement sincère avec moi-même. Bien évidemment que je compte y goûter ! Je le prend donc, mordant un bon coup dedans. C'est bien ce que je me disais, c'est vraiment très bon. Parole de scout ! Bon, j'ai pas fais les scouts mais c'est un détail...



KoalaVolant

Invité

Invité
Lun 19 Mar - 20:58

Avec le temps
Annabelle & Rhys

« Quelques belles lignes qui transpirent les beaux mots et la poésie, une belle petite mise en bouche pour le plaisir des mirettes. »
Disons que le passé où cette ville était bien plus vivante sans toute cette technologie me manque très souvent. Il est facile de croire que j'ai toujours baigné dedans mais non les mais, je dois bien me l'avouer. Je suis vieux, pas encore au point d'en oublier pleins de chose mais assez pour vous raconter. Alors voici, de mon temps à moi... Parce que vous avez cru que j'allais vous compter une histoire ! J'ai peut-être de l'âge mais loin de moi l'envie de m'installer au coin d'un feu à vous faire mes souvenirs.

J'aime assez la voir débarquer le matin en manque de caféine, pourtant elle peut me taper sur le système. Vous allez me dire que c'est toujours de cette façon nous deux, vous avez pas tort. Depuis le temps que l'on se connait tous les deux, j'en viens à connaître ses points faibles. Et puis, la voir arrivée avec un tel sourire me donne l'envie de faire de même. Sauf que chez moi, un sourire ne peut se voir, il paraît que je souffre d'une sorte de maladie où les sourires se font de l'intérieur, si si je vous jure. N'ayant plus ce qu'elle prend d'habitude, ne lui dites pas mais une petite boite se trouve dans ma cuisine personnelle. Je lui sers ce que je doute être consommable vu qu'il s'agit de César l'ayant ramené. C'est vrai qu'il peut avoir des goûts assez différents des nôtres. Un jour, je l'ai aperçu mangeant une soupe de poulet dans laquelle il trempait des beignets fourrés à la fraise. Le gars bizarre je vous assure ! Bref, donnant une assiette à Annabelle en lui précisant bien qu'elle ne l'a pas eu ici au pire. J'arque un sourcil en la regardant y mordre à pleines dents faisant une grimace à sa place. Ne t'évanouis pas sur mon comptoir et on gerbe dehors ! Je la fixe encore plus surpris quand elle me sort une parole qui laisse croire que ça n'a pas mauvais goût. Par curiosité, j'examine à mon tour ce truc soulevant l'assiette tel un expert qui chercherait une empreinte. Je fini par venir y prendre un morceau sans mordre dedans, c'est que je reste prudent. Je commence à grimacer, j'ai une sainte horreur de l'abricot et voilà que ça en est fourré ! Je crache le morceau dans une tasse vide avant de prendre un café histoire de me rincer le gosier. Tu manges vraiment tout et n'importe quoi toi. Tant que tu y es, tu pourrai lui servir de cobaye, lui qui tente de nouvelles recettes.
(c) DΛNDELION

Invité

Invité
Lun 19 Mar - 22:57

Avec le temps


J'ai toujours été ce genre de personne très expressive. On peut voir quand je suis heureuse, énervée, préoccupée ou même triste. Le seul soucis, c'est que j'ai souvent la tendance manie de fuir lorsque je ne parviens pas à régler certaines choses. Je sais, c'est absolument pas la bonne solution mais j'ai toujours été ainsi.  J'ai toujours eu un peu de mal à réellement m'attacher aux autres pour plusieurs raisons et quand les choses deviennent sérieux, je prends rapidement mes jambes à mon cou et je m'en vais. Je sais, c'est vraiment dommage mais voilà... Je suis une femme compliquée, inutile de le nier.

J'ai ma routine le matin, dont mon moment café. Bon, je pourrais me faire des journées entières à boire du café mais faisons abstraction de ce détail. J'aime aussi manger. Je dirais que certains mangent pour vivre. En ce qui me concerne, je dirais plutôt que je vis pour manger. Bon, pas dans l'excès non plus, il ne faut pas exagérer mais j'aime quand même profiter à fond de ma vie. Après, j'ai quand même des limites bien définies. Côté alimentaire, je ne suis pas bien difficile. Je mange un peu près de tout alors forcément c'est pas difficile de me faire plaisir. Bon, je préfère prendre ce que je choisis d'habitude mais si il n'y en a plus, c'est pas non plus si grave. Je peux très bien me satisfaire d'autre chose. Forcément, je croque un bon coup dedans et je trouve ça très bon. Je lève les yeux au ciel en soupirant un coup. Je ne comptes pas vomir, rassures toi, et c'est gentil de savoir que si je m'évanouis, tu me laisses planter. Lui dis-je ironiquement. Bon, je me sens bien donc ça devrait largement le faire !

Je le vois grimacer. Quel difficile quand même ! Mais je l'apprécie tel quel. Même sous ses apparences de grincheux qui n'aime personne je tiens à lui. C'est assez drôle quand on y pense, non ? Enfin, je pourrais dire que c'est plus que de l'amitié mais pas réellement de l'amour non plus. C'est compliqué, tout est compliqué. Je souris à sa remarque. Tu es juste difficile, c'est vraiment bon. Puis, je profite à fond ! Je le regarde ensuite telle une enfant le soir de Noël. Si ça implique que je dois tout goûter, tu me l'envoie ! Je m'amuse un peu de la situation, je dois l'admettre. Bon, clairement je serais capable de goûter à tout mais je sais que sa proposition n'était pas sérieuse.



KoalaVolant

Invité

Invité
Mar 20 Mar - 23:25

Avec le temps
Annabelle & Rhys

« Quelques belles lignes qui transpirent les beaux mots et la poésie, une belle petite mise en bouche pour le plaisir des mirettes. »
J'ai foutu ce gars dehors et après ? Ça ne fait pas forcément de moi un gars grincheux, bon je le suis j'avoue. C'est que les règles de ce petit resto sont appliquées depuis tellement de temps. A la base, je ne faisais qu'y travailler et déjà là, je me souviens qu'il était interdit de perturber les autres. Pas avec les portables non ! Le seul téléphone qu'on voyait à l'époque est celui qui se trouve dans le fond muni d'un appareil à pièce. En gros, j'ai toujours connu cette battisse pour y avoir travaillé durant ma jeunesse. Tiens j'y repense, j'y étais justement l'année où j'ai rencontré Annabelle. Qu'est-ce que je pouvais être con en ce temps là ! Je vous vois venir, j'ai mûri d'accord ! Je disais donc, je connais cette brune depuis un bail maintenant. Le nombre d'années ? Je vous répondrai d'ajouter quelques mois à l'âge de sa fille, c'était l'été avant je crois. Mais c'est vrai, j'ai connu Nell aussi petite qu'une poupée.

C'est toujours un plaisir de la voir débarquer même après autant d'années, surtout après notre vécu. Ah mais c'est vrai, vous ne savez rien et bien je ne dirai rien sans la présence de mon avocat. C'est bon, vous avez gagné ! Entre Annabelle et moi, ça remonte à loin c'est vrai. Notre toute première rencontre déjà, oh Dieu que j'était encore jeune, pendant un été. Je crois que son père avait à faire dans le coin, il fallait bien l'occuper la petite. On a fait bien plus croyez moi, il y a eu cette fois où le contrôle nous a échappé. J'ai bien cru qu'elle s'était enfuie juste après, j'ai su bien plus tard qu'elle a simplement du rentrée chez elle. Le plus bizarre ? C'est qu'elle s'est pointée quelques mois après avec un marmot dans les bras. Je crois que le père de la petite est un de son quartier ou un truc comme ça, elle reste toujours vague sur le sujet. Notre seule fois ? Bien sur que non, même si à chaque fois, nous foirons tout. Un coup c'est elle, un coup c'est moi. On va dire que tant que l'on est célibataire, aucun ne ressent le besoin d'être avec l'autre. Une fois qu'elle est dans une relation avec un autre, allez savoir ce qu'il me prend mais je suis soudainement amoureux. Disons que c'est très compliqué entre nous, on s'entend bien mais pas en couple. En ce moment, elle est célibataire et bien que l'envie de la prendre et l'embrasser me prend à chaque entrée, je ne tente pas le diable. La dernière fois fut assez difficile, notre amitié a bien failli en prendre un coup.

Je reste là à la regarder risquer sa vie pour manger je ne sais quoi, bien sûr que je ne l'encourage pas. Voyez d'ailleurs que si elle parvient à se tordre de douleur ou pire encore, s'évanouir, elle en sera seule à son compte. Un simple large sourire lui servira de réponse, après tout, c'est elle qui prend ce risque. Alors qu'elle continue de manger ce truc aux abricots, un fruit que je déteste, je lui sors la grimace. Difficile mais je tiens à ma santé. Je crois que son menu aujourd'hui est des choux de Brussels trempés dans une sauce rouge. Un bouillon d'un mélange de choux et de salade rouge, tu veux vraiment finir ta vie ainsi ? Je lui tourne le dos pour déposer l'assiette sur une petite table proche de la cuisine où elle sera lavée plus tard. A mon retour vers elle, je range mon air sérieux pour lui sortir un de mes plus beaux sourire. César, ta spécialité du jour en double portion. J'en ai frissons rien que de penser à quoi cela ressemble. Je prends ensuite appuis sur le comptoir non loin d'elle, mais pourquoi l'envie de venir la caler dans un coin me prend en public ! Comment va Nell en passant ? Voilà un moment que je ne l'ai vue. Tu as raison, change de sujet tant que tu y es, pense à la vieille d'à côté, voilà qui te calmera.  
(c) DΛNDELION

Invité

Invité
Mer 21 Mar - 11:26

Avec le temps


Je n'oublierais jamais cet été qui a tout changé à ma vie. Cet été où je suis tombée enceinte de Rhys. Cet année où mes parents hésitaient sérieusement à m'envoyer hors du pays pour éviter la honte d'annoncer à leurs amis que leur unique fille tant aimée était malencontreusement tombée enceinte alors qu'un avenir radieux s'annonçait pour elle. Mes parents me voyaient avocate, juge, médecin... Peu importe tant que ce métier était quelque chose de respectable. Quelle honte ça a été pour eux. Je ne dis pas qu'ils n'aiment pas Nell. Je suis certaine que c'est le cas mais ils m'en ont tellement voulu de tout jeter ainsi par la fenêtre... Pourtant, je ne changerais pas grand chose à ma vie quand j'y repense. Sauf peut-être que je l'aurais dis à Rhys dès que j'ai débarqué ici afin d'y vivre mais hors de ça ? Non, vraiment, hors de ça je n'y aurais rien changé.

Je dirais que j'ai souvent tendance à fuir lorsque les choses deviennent trop sérieuse. Par peur de tout perdre du jour au lendemain entre autre, mais aussi parce que je sais que viendra le moment où je ferais tout foirer sans vraiment le vouloir. Je suis très maladroite en amour, c'est même un concept avec lequel j'ai parfois du mal. J'ai déjà été fiancée une fois mais j'ai fini par tout lâcher avant qu'il ne soit trop tard, avant qu'on se marie pour de bon. C'était un homme génial pourtant, le genre d'homme dont j'aurais toujours rêvé avant de tomber enceinte mais je n'arrivais pas à l'aimer comme il le méritait. Il méritait une femme aimante, qui tienne réellement à lui et qui puisse lui offrir tout ce dont il rêvait : les enfants, le bonheur, l'amour. Tout ce que je n'étais pas apte mentalement à lui offrir. En plus, pour être sincère, mon coeur était déjà ailleurs...

Bien évidemment que je termine ce qu'il m'a servit. Je ne trouve pas ça mauvais du tout et qui plus est, ça me suffira bien jusqu'à midi où je prendrais une pause pour manger. Quand il me parle du menu du jour, je fais de gros yeux. J'espère qu'il n'est pas sérieux, si ? Je vais quand même éviter de tenter le diable. Non mais pas à cette heure-ci, vraiment, ça ira ! Lui dis-je en espérant que ça suffira pour qu'il me lâche la grappe avec ce repas. Pleins de choses me font envie mais ça ? Pas vraiment non, pour être sincère...Non vraiment ça ira, j'ai plus faim en prime ! Ce qui est en partie vrai, je n'ai plus très faim rien qu'à l'idée d'y penser. Quand il me parle de Nell, je ne peux que sourire. Une fierté, un bonheur de l'avoir dans ma vie cette petite. Oh tu sais, toujours occupée mais elle se porte à merveille. Lui dis-je tout simplement, ce qui est la réalité.

Je bois finalement une gorgée du café tant désiré avant de mettre les pieds ici, un sourire au coin des lèvres. C'est ici qu'on fait le meilleur café sans aucun doute, et je sais de quoi je parle. En plus, ça me permet de voir Rhys dès que je mets les pieds ici, ce qui est un point positif non négociable. J'ai cependant envie de mener une petite discussion avec lui, ne voulant pas rester dans un silence des plus total. C'est le plus sincèrement du monde que je finis par lui demander. Et toi, dis moi, comment tu vas en ce moment ? Ça vient surtout d'une amie qui s'inquiète pour lui, ou d'une ex-petite amie qui a lâché l'affaire sans réellement la lâcher non plus. C'est compliqué, très compliqué et je ne peux pas le nier.


KoalaVolant

Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Avec le Temps
» Avec le temps INEDIT. Johnny 50 ans 50 standards - Je suppri
» Un nouvel extrait de Avec le temps
» Anne Sofie von Otter
» help ;-)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: