Partagez|

Stop messin' around ! |Elsa

avatar

Elliott S. Collins

Admin ☽ Oiseau de nuitAdmin ☽ Oiseau de nuit
Nombre de message : 205
Age : 26
Date de naissance : 18/08/1991
Date d'inscription : 28/01/2018 Emploi/loisirs : Médecin aux yeux de son père, comédien et amuseur de galerie aux yeux du monde
Célébrité choisie : Pierre Niney
Multicomptes : Francis, Laura, Enola, Barney, Alex.
Gifs : Rêve comme si tu vivais éternellement, vis comme si tu allais mourir aujourd'hui



Proteste,



Aime,



Panique,



Mais surtout...


Ven 23 Mar - 0:34


It goes electric, wavy when I turn it on...
Elsa & Elli


J'adorais sortir, le soir. Que ce fut accompagné d'amis, ou simplement seul, j'aimais voir du monde. Boire un verre, peut être deux, parfois même ne plus me souvenir de ce que j'avais bien pu faire au réveil, convaincu, par conséquent que la soirée avait été bonne (une soirée dont on ne se souvient pas est forcément synonyme d'alcool coulant à flots, non ? Ou d'alzheimer précoce. Mais ma mémoire, j'en avais besoin, pour apprendre mes textes. Et elle n'était pas si mauvaise que ça, avec le recul . L'option alcoolique de la question semblait donc la plus probable. Et la plus rassurante, aussi, soyons honnête!)

Enfin soit. Ce soir là ne faisait pas exception à la règle. Je sortirais. D'abord, j'ai appelé mon frère, fidèle compagnon de comptoir et co-créateur de nos fantastiques aventures d'hommes plus si sobres que ça. Bon dieu. Si on devait raconter toutes ces soirées où l'on avait fini à danser sur les tables, faire croire des trucs à des filles, ou encore, prendre des bains de minuit à deux heures du matin dans les fontaines de la ville… Je crois qu'on aurait pu écrire 20 tomes de nos virées. A chaque fois, l'un de nous deux trouvait ce petit truc, qui rendrait la soirée inoubliable, faisant sourire le second à chaque fois qu'il s'en souviendrait. Pour ça, d'ailleurs, que j'adorais me remémorer tout cela lorsque j'avais de légers coups de mou. Mon frère était le meilleur des anti dépresseurs. Mais ce soir, il avait du pain sur la planche. Et par « du pain », je sous-entendais, Lyra, sa coloc/Sex-friend/Meilleure amie/… bref. Celle que je connaissais depuis enfant et qui était pour moi comme une sœur, d'une autre mère. Décidément, on adoptait trop de personnes, dans cette famille. Enfin, je m'égare.

C'était donc tout seul, que j'allais sortir, cette fois-ci. Une virée seul, a la fraicheur du soir, pour siroter une bière, c'était bien aussi, non ?

Alors c'est ce que j'ai fait. Habillé, ma toilette faite, j'ai avalé un rapide repas avant de prendre mon scooter, et de filer. Je trouverais bien un endroit où m'arrêter. Je roulais, ne pensant à rien d'autre qu'a la beauté du soir, et aux histoires que je m'imaginais, en voyant les passants circuler. Je m'imaginais les dialogues des amoureux. Les rêves de la petite dans les bras protecteurs et rassurants de son père. Les défis stupides du groupe de copains. Les spéculations des sportifs du dimanche au fond des bistrots. Et puis j'ai décidé de m'arrêter, un peu par hasard. J'ai poussé la porte de ce bar, et m'installant au comptoir, j'ai demandé une blonde. Bien évidemment, on aurait pu se demander de qui je parlais. La serveuse était très jolie. Mais ce soir, c'était plutôt d'une blonde en pression, dont j'avais besoin…

CODE BY MAY


Voir le profil de l'utilisateur

_________________

La vie n'est qu'une escale et ton corps n'est qu'un emprunt


Tu te plains, mais pense à la mort parce qu'elle est encore pire, grosse galère, on escaladait les grilles des immeubles afin de s'caler dans les cages d'escalier pour dormir...On était ensemble pour la mettre à l'envers dans tous les endroits pour ves-qui la sécurité, faut du sang froid, je sais le vide que ça laisse en toi; sans ma plus fidèle amie, je serais sûrement sans toit

(code northern lights.)

Invité

Invité
Mer 28 Mar - 17:59
Les études ça coûte cher, surtout quand on doit les financer toute seule. Aussi Elsa à trouver un petit travail de serveuse dans un bar de motard le vendredi soir et les weekends. Ce qui l'aide à payer une partie de ses études, mais aussi sa chambre d'étudiante qu'elle loue et les courses qu'elle doit faire pour se nourrir. Elle pourrait faire marche arrière et demander à ses parents de l'argent, malgré qu'ils soient en froid, elle sait qu'ils l'aideront tout de même, même si ce n'est que d'une 50 aine ou 100 aine de dollars par moi. Mais elle est trop fière pour ça. Elle veut se débrouiller toute seule.

Ce soir Elsa est de service au bar, elle à déjà fait un tour en salle et comme une des serveuses à du partir, la jeune femme se retrouve derrière le bar à préparer les boissons et servir ceux qui sont au comptoir ou qui vienne chercher leurs boissons sans attendre la serveuse.
Elsa finit de préparer une commande et pose les bouteilles de bière sur le plateau avec le verre de vin et le cocktail demander et rappelle la serveuse pour lui donner.
Quand un nouveau client vient s'approcher du bar, Elsa fait de même, elle lui sourit.

Bonsoir, vous avez fait votre choix ? Demande t-elle en gardant son sourire et en le regardant dans les yeux.
avatar

Elliott S. Collins

Admin ☽ Oiseau de nuitAdmin ☽ Oiseau de nuit
Nombre de message : 205
Age : 26
Date de naissance : 18/08/1991
Date d'inscription : 28/01/2018 Emploi/loisirs : Médecin aux yeux de son père, comédien et amuseur de galerie aux yeux du monde
Célébrité choisie : Pierre Niney
Multicomptes : Francis, Laura, Enola, Barney, Alex.
Gifs : Rêve comme si tu vivais éternellement, vis comme si tu allais mourir aujourd'hui



Proteste,



Aime,



Panique,



Mais surtout...


Mar 3 Avr - 23:30


It goes electric, wavy when I turn it on...
Elsa & Elli

Le hasard avait fait que je m'arrêtais dans ce bar. En y pensant quelques secondes, c'était dingue, ce que le hasard pouvait nous faire faire. Et moi qui ne croyais pas au destin, ni à une quelconque force ayant eu la bonté de tout écrire à l'avance… je devais pourtant avouer ma fascination face au hasard. Mais bon. Là, je m'égarais totalement. La serveuse d'ailleurs, devait bien se demander quel mec bizarre j'étais, pour me perdre aussi vite dans mes pensées, rien qu'en arrivant. Comme revenant à la vie, interrompu dans mon débat intérieur sans fin, je lui ai adressé un sourire. Et lorsqu'elle me demanda, comme le voulait l'usage, si j'avais fait mon choix, j'ai acquiescé :

- Un demi s'il vous plait !

Des échanges comme celui ci étaient habituels pour tout le monde. Mais pour une raison que j'ignorais, il me semblait grandiose, extraordinaire. Le genre qu'on ne pouvait pas oublier. Peut être parce qu'en une fraction de seconde son regard plongeant dans le mien m'avait touché, pour une raison qui m'échappait… Malheureusement, je fus rattrapé par la réalité, encore une fois : les autres clients, eux, ne se gênaient pas de faire savoir à la demoiselle qu'ils en auraient bien fait leur quatre heure. Bon dieu. Comme j'exécrais ce genre de personnes. Je savais bien qu'il fallait de tout pour faire un monde, mais tout de même...

CODE BY MAY


Voir le profil de l'utilisateur

_________________

La vie n'est qu'une escale et ton corps n'est qu'un emprunt


Tu te plains, mais pense à la mort parce qu'elle est encore pire, grosse galère, on escaladait les grilles des immeubles afin de s'caler dans les cages d'escalier pour dormir...On était ensemble pour la mettre à l'envers dans tous les endroits pour ves-qui la sécurité, faut du sang froid, je sais le vide que ça laisse en toi; sans ma plus fidèle amie, je serais sûrement sans toit

(code northern lights.)

Invité

Invité
Mer 4 Avr - 22:44


Toute la soirée, toutes les soirées, Elsa se fait siffler par les clients ivres ou dragueurs, heureusement aucuns ne lui à encore mis la main aux fesses. Sinon se connaissant, elle leur donnerait déjà un coup de plateau sur la tête, même si elle n'en à pas le droit. Mais elle ne se laisserait pas faire.
Ce soir, elle en à déjà entendu siffler à son passage, mais elle les ignore et ce contente de servir ou d'encaisser sans prêter davantage attention.

Le nouveau client qui vient d'entrer attire la curiosité de tout le monde, c'est pas le genre de client à être un habitué du bar, on voit tout de suite qu'il vient de débarquer. Elsa était presque sur le point de lui demander si il s'était perdu, mais se ravise pour lui demander ce qu'il souhaite boire.
Elle sourit quand il lui répond.

Pas de problème je vous prépare ça.
Je peux voir votre pièce d'identité s'il vous plais ?

Bien sur on lui à apprit à ne pas servir d'alcool au moins de 21 ans et de demander une pièce d'identité si elle doute d'un âge. Un comble pour la jeune femme qui en théorie n'as même pas le droit d'être ici en vue de ses 20 ans.
avatar

Elliott S. Collins

Admin ☽ Oiseau de nuitAdmin ☽ Oiseau de nuit
Nombre de message : 205
Age : 26
Date de naissance : 18/08/1991
Date d'inscription : 28/01/2018 Emploi/loisirs : Médecin aux yeux de son père, comédien et amuseur de galerie aux yeux du monde
Célébrité choisie : Pierre Niney
Multicomptes : Francis, Laura, Enola, Barney, Alex.
Gifs : Rêve comme si tu vivais éternellement, vis comme si tu allais mourir aujourd'hui



Proteste,



Aime,



Panique,



Mais surtout...


Mar 10 Avr - 16:52


It goes electric, wavy when I turn it on...
Elsa & Elli

Mon physique de fragile m'avait souvent porté préjudice. Souvent, on m'avait demandé ma carte d'identité, même étant majeur, tandis que mes amis encore mineurs passaient, eux, sans problème. Et ça m'avait souvent rendu amer. ou... jaloux. Je me disais que parfois, la nature avait un peu trop le sens de l'humour, avec certains. Et ... je faisais partie de ces gens là. Cependant, cela faisait une éternité, à mes yeux, qu'on ne m'avait pas demandé de justifier de mon âge. Alors forcément...ça m'a surpris. Opinant du chef, j'ai sorti ma carte de mon porte-feuilles, observant la serveuse du coin de l'oeil. Elle avait l'air jeune. Peut-être même plus jeune que moi. C'était d'ailleurs sans doute pour ça, qu'elle faisait cet excès de zèle. Ou... tout simplement son boulot. Une fois ma carte récupérée, je lui ai adressé un sourire, et ai de nouveau reporté mon attention sur la clientèle. Douteuse, d'ailleurs, la clientèle.

Pourtant pas du genre à juger les gens sur leur apparence ou leurs manières, fallait pourtant bien admettre que ces gens étaient à dix mille lieues des clients que j'avais l'habitude de voir, dans les bars que je fréquentais. Alors forcément, je dois admettre que j'ai été surpris, lorsque l'un des hommes qu'elle servait lui mit une main aux fesses, avant de lui faire une quelconque remarque désobligeante sur les choses qu'il aimerait lui faire. Je détestais ce genre de comportement. Jouer les mâles alpha ne donnait à personne un air viril. Simplement l'air d'un parfait connard à tendance beauf. Tout simplement. Et excédé par son comportement, je me suis levé, pour venir en aide à la jeune femme:

- EH TOI ! fous lui la paix. Y'a des femmes qui vendent leur cul juste en face, pourquoi t'irais pas les voir ? Crétin !


Ce dont j'aurais du me douter, était que je venais très probablement de signer mon arrêt de mort...
CODE BY MAY


Voir le profil de l'utilisateur

_________________

La vie n'est qu'une escale et ton corps n'est qu'un emprunt


Tu te plains, mais pense à la mort parce qu'elle est encore pire, grosse galère, on escaladait les grilles des immeubles afin de s'caler dans les cages d'escalier pour dormir...On était ensemble pour la mettre à l'envers dans tous les endroits pour ves-qui la sécurité, faut du sang froid, je sais le vide que ça laisse en toi; sans ma plus fidèle amie, je serais sûrement sans toit

(code northern lights.)

Invité

Invité
Mar 24 Avr - 14:42
A chaque personne qui semble être jeune, Elsa doit demander sa carte, un comble pour la jeune femme qui quand on y pense n'as que 20 ans. Alors c'est bien l'hôpital qui se fout de la charité. C'est elle la mineure mais c'est elle qui doit regarder les cartes pour être sur de ne pas servir d'alcool aux mineurs.
Elle regarde la carte et sourit. Merci, vous faites plus jeune que votre âge en tout cas. Dit elle en gardant son sourire et en lui servant sa bière. Elle prend aussi un petit ravier de gâteaux apéritif qu'elle dépose à côté de la bière. Voici pour vous, alors 5$ s'il vous plais. Demande t-elle alors qu'une autre serveuse vient prendre sa place pour prendre le paiement tandis qu'Elsa avec son plateau va en salle pour aider à débarrasser des tables.
En passant entre deux tables, elle se prend une main aux fesses et autant dire qu'elle est surprise mais pas choquée, c'est pas la première fois. Comme la fois précédente, elle s'apprête à vider son petit bac d'eau sur l'homme pour le calmer, mais elle n'a pas le temps de dire ou de faire quoi que ce sois que le jeune client vient à sa rescousse. Elle cligne des yeux surprise de son intervention. Finalement le petit bac d'eau, il se le prend quand même sur la tête et avec son plateau, elle rejoint son client qui l'as aider.
Je vous remercie de votre intervention. Ici c'est coutume de se prendre une main aux fesses. Mais vous êtes le premier à intervenir pour défendre une serveuse. Merci beaucoup. Maintenant vous venez avec moi avant qu'il ne vous plie en deux. Dit elle en lui prenant le bras pour l’entraîner avec elle.
avatar

Elliott S. Collins

Admin ☽ Oiseau de nuitAdmin ☽ Oiseau de nuit
Nombre de message : 205
Age : 26
Date de naissance : 18/08/1991
Date d'inscription : 28/01/2018 Emploi/loisirs : Médecin aux yeux de son père, comédien et amuseur de galerie aux yeux du monde
Célébrité choisie : Pierre Niney
Multicomptes : Francis, Laura, Enola, Barney, Alex.
Gifs : Rêve comme si tu vivais éternellement, vis comme si tu allais mourir aujourd'hui



Proteste,



Aime,



Panique,



Mais surtout...


Lun 30 Avr - 15:24


It goes electric, wavy when I turn it on...
Elsa & Elli
A la remarque de la jeune femme, je n'ai pas pu m'empêcher de sourire. Comme si je ne le savais pas. Comme si personne n'avait jamais pensé à me faire la remarque. Comme si, par le passé, ça ne m'avait jamais enquiquiné; Et encore, en disant ça, j'étais gentil. Si certains complexent de leurs fesses, de leur ventre, ou que sais-je encore, moi, c'était carrément mon visage. Comme si tout avait pris de l'âge, sauf ma tronche, qui décidait que de devenir un peu plus mature était trop "mainstream". Bon sang. Un jour, j'en toucherais deux mots à mes hormones. Mais...pas ce soir. Haussant les épaules, j'ai rangé ma carte, en relativisant. Ce qui me complexait hier serait un avantage, lorsque j'aurais cinquante ans. Inutile de s'agacer sur ce genre de connerie après tout.

- Merci... Dommage que vous ayez vu ma carte. J'aurais tenté de me faire passer pour un quadragénaire, juste pour voir votre réaction ! lui ai-je lancé d'un ton amusé

Et sans ciller, j'ai tendu un billet à la jeune femme, d'abord sans accorder d'importance aux mastodontes qui avalaient d'une traite une girafe de bière, soulageant la pression par un rot retentissant, majestueux, puissant, qui raisonnait dans toute la salle. Je commençais à comprendre dans quel genre d'endroit je venais de foutre les pieds. Eh merde. Chuchotant, j'ai lancé à la jeune femme, d'un ton amusé:

- Mais... ils sont tout le temps comme ça ?

Et sans qu'elle n'aie eu le temps de me répondre, l'un d'entre eux lui a mis une main aux fesses. J'ai pas pu laisser passer ça. Et allez savoir pourquoi, la serveuse me prit par la main, me demandant de la suivre. J'ai répondu à sa remarque par un sourire. J'aurais bien pu dire "c'est normal". Mais pour ces gars, la normalité devait être très différente de la mienne, et fermer ma gueule était encore la meilleure option. A la place, j'ai arqué un sourcil:

- Bah, j'ai pas peur d'eux, vous en faites pas ça va all...

Ah bah non. Et visiblement, ma remarque avait fait mouche. Car sans crier gare, il venait de me servir une salade de phallanges pas piqué des hannetons. Un bon coup de poing dans le pif dans les règles de l'art, me rappelant que non, je n'étais pas Rambo.

Essuyant mon nez rougi par le sang, j'ai essayé de rassurer la jeune femme;

- TOUT. VA. Comme sur des roulettes. Je gère. Peut être que ça aurait pu marcher, si je n'avait pas été en train de me tenir le nez, qui, gonflant, commençait furieusement à me faire penser à celui de Cyrano... si je devais chopper, ça ne serait définitivement pas ce soir !

CODE BY MAY


Voir le profil de l'utilisateur

_________________

La vie n'est qu'une escale et ton corps n'est qu'un emprunt


Tu te plains, mais pense à la mort parce qu'elle est encore pire, grosse galère, on escaladait les grilles des immeubles afin de s'caler dans les cages d'escalier pour dormir...On était ensemble pour la mettre à l'envers dans tous les endroits pour ves-qui la sécurité, faut du sang froid, je sais le vide que ça laisse en toi; sans ma plus fidèle amie, je serais sûrement sans toit

(code northern lights.)

Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» CHRONIQUE CD : GARY MOORE " Blues For Greeny"
» classic stop time blues
» Elsa Barraine
» elsa-quentin
» Urgent - campagne internationale, lettres, pétitions. Corridas : STOP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: