Partagez|

Vamos a la playa (ღ Lane)

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Weird people in the street
Nombre de message : 13
Age : 21
Date de naissance : 26/06/1997
Date d'inscription : 14/08/2018
Emploi/loisirs : Etudiante en musique et maman à temps plein
Habitation : Une maison à Dupont Circle
Célébrité choisie : Zoe Sugg
Multicomptes : Jenna & Lilianna
Gifs :
Jeu 16 Aoû - 23:03

❝ Vamos a la playa ❞
The mediocre teacher tells. The good teacher explains. The superior teacher demonstrates. The great teacher inspires.
Pour moi, c’était les vacances scolaires et ça signifie donc aussi que j’ai la chance de passer chacune de mes journées auprès de ma fille. Je fais de mon mieux pour l’occuper, que ça soit grâce à une petite piscine que j’avais installé dans le jardin, en jouant avec elle, en faisant des sorties au parc ou d’autres choses ainsi mais bon… Ça ne vaut quand même pas de vraies vacances. Pour nous changer à toutes les deux les idées, je me décide de quitter Washington pour quelques jours, sans plus. J’ai décidé de me rentre à la plage et pour ça, j’ai choisi Chesapeake Beach où nous allions passer deux ou trois jours. J’avais envie d’aller à la plage, mais aussi de profiter du Chesapeake Beach Water Park. Je m’étais levée assez tôt ce matin là afin de préparer nos vacances. J’avais réservé un Airbnb où séjourner le temps du séjour quelques jours auparavant donc de ce côté là, je ne stresse pas trop. Je prépare nos affaires de bonheur, allant prendre une douche avant de me préparer. Je m’occupe du petit-déjeuner de Stella et moi-même avant de la réveiller en douceur. On mange toutes les deux dans le plus grand des calmes. Je la prépare ensuite, l’habillant d’une jolie robe.

Je mets ensuite nos deux valises avec nos affaires dans le coffre, l’installant ensuite dans son siège auto sur la banquette arrière. Elle ne sait pas où nous allons, c’est une surprise que j’ai décidé de lui faire. Je rejoins donc le Maryland, c’est là que se trouve notre endroit de rêve pour les prochains jours. Après une heure de route, j’arrive jusqu’au Airbnb où je discute un peu avec le propriétaire qui me donne les clés. J’y installe nos affaires pendant que la petite est assez calme. Je lui enfile ensuite son maillot de bain sous sa tenue, enfilant également mon maillot deux pièces sous ma robe. Je prends aussi deux serviettes de bain ainsi qu’une pelle, un râteau et un sceau pour ma fille avant de rejoindre la plage. Je m’installe près d’elle alors qu’elle s’assied pour jouer dans le sable. Je regarde autour de moi, profitant du beau temps pour bronzer un peu. Je retire donc ma robe pour prendre ce fameux bain de soleil sans lâcher ma fille du regard.

Elle veut ensuite aller se baigner. Je laisse nos vêtements sur la serviette alors qu’elle court vers l’eau. Je la suis, rentrant accidentellement dans quelqu’un. Je relève la tête, apercevant ensuite un visage plus que familier. Le rouge me monte aux joues. Je suis désolée, excusez moi… Ouais, vu ma chance, j’avais encore eu la chance de tomber nez à nez avec mon professeur. Le pire ? Personne n’était réellement au courant du fait que j’avais une fille… La joie !
(c) Miss Pie

Voir le profil de l'utilisateur

_________________
 
I love you to the moon and back.
She may be quiet but she's a warrior and her prayers can move mountains.
©️ Miss Pie
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lane Swanson
Weird people in the street
Nombre de message : 53
Age : 27
Date de naissance : 21/09/1991
Date d'inscription : 16/08/2018
Emploi/loisirs : Musicien
Célébrité choisie : Tyler Joseph
Multicomptes : Elli, Nate, Barney, Laura
Sam 18 Aoû - 2:04
Drown in a sunken dreamLes vacances... c'était censé être le truc espéré par tout le monde non ? ne me répondez pas. Je sais que c'est le cas. Les élèves attendent avec impatience cette pause entre deux années, et les profs, eux, espèrent impatiemment cet instant où enfin, ils pourront se débarrasser de ces sales mouflets turbulents et intenables. Pourtant, je devais être l'un des seuls mecs de la planète à détester ça. Ou du moins, à ne pas aimer forcément. Car si c'était synonyme de repos, c'était également synonyme de:

1) Touristes grouillants dans les rues
2) Gamins courant dans tous les sens, surveillés d'un oeil abstrait par des parents démissionnaires au bord du divorce
3) Vendeurs à la sauvette escroquant ces derniers
4) 3000 vacanciers au millimètre carré sur toutes les plages du pays.

Aspirant cependant à moi aussi bronzer un tant soit peu afin de remiser ce teint de vampire qui me collait à l'année, j'avais décidé de faire un effort. Aussi avais-je pris la décision d'aller passer une journée à la plage -choisissant tout de même un jour où ferait moins chaud que ces derniers temps, espérant trouver une place pour ma serviette-, en tête à tête avec mon livre de chevet du moment -un bon vieux Michaël Connelly, "La blonde en béton"- Mes affaires prêtes, j'ai sauté dans la voiture, l'autoradio crachant à plein tubes. Tantôt Nirvana, tantôt Gorillaz, le trajet est si court à mes yeux que j'ai l'étrange impression d'être parti il y a à peine cinq minutes !

Là, sur la plage, je constate avec satisfaction que je ne marche sur personne: je peux donc m'installer sans trop de complications. Moi qui espérais pouvoir respirer et ne pas me prendre de sable dans la gueule par un môme hyperactif, je semble bien parti pour être à mon aise... Mais avant de poser définitivement mon derrière, je tente une approche avec l'eau salée: qui sait, si elle n'est pas trop froide, je me laisserai sans doute tenter, dans quelques minutes. A moins que je ne fasse d'abord une halte par la cahute du glacier... ou que je ne m'allume une cigarette... Et pourquoi pas faire les trois en même temps, hm ?

Cherchant mon briquet au fond de mon sac à dos, balançant négligemment mon t-shirt sur celui-ci, laissant apparaître quelques tatouages faussement dissimulés alors que j'enseigne à la fac, je commence mon cheminement, mon épopée vers la crème glacée tant attendue. Aveuglé par le soleil, je fronce les sourcils, perdant l'espace de trois secondes la notion de "trajectoire droite". Et sans que je puisse comprendre, me retrouve au sol, face à ... des jambes. Des courbes étrangement féminines, pour cette force pour le moment inconnue, qui vient pourtant de me propulser au sol sans que je puisse dire ouf. Comme quoi finalement, je ne me suis pas fait dégager par un bulldozer, c'est déjà un bon point.

Détaillant peu à peu le corps face à moi, prenant le temps de remonter de ses pieds, à ses genoux, de ses hanches à ses seins, puis de son cou à ses y...eux ?! bordel, mais je connais ce visage ! le frisson de la honte me glace le sang. Moi, qui prenais allègrement le temps de mater, j'étais réellement en train de mâter l'une de mes élèves ?! quelle horreur. Je prie pour que rien ne paraisse, derrière mes lunettes de soleil. Et au pire, si mes joues se mettaient à rougir, je n'aurais qu'à prétexter naïvement le coup de soleil. Bon dieu, pourquoi fallait-il toujours que je m'embarque dans de pareils coups fourrés ?! Toujours aussi surpris, j'ai sauté sur mes deux jambes, grattant l'arrière de ma tête, avant de lui adresser un sourire, l'air de rien:

- Oh euh... salut ! t'en fais pas, c'est rien. Plus de peur que de mal, hein ?

J'essaye de détendre l'atmosphère. Mon dieu, que ce moment est awkward. Ou peut être pas. Finalement... ce n'est qu'un hasard, si elle et moi, nous retrouvons là. Si l'élève la plus canon de ma classe est ici avec cette gosse. Bordel.Fronçant les sourcils, je hasarde, tentant d'oublier cette étrange pensée qui venait tout juste de me traverser l'esprit:

- Alors ? tu fais du babysitting pendant tes vacances ?
©️ 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Weird people in the street
Nombre de message : 13
Age : 21
Date de naissance : 26/06/1997
Date d'inscription : 14/08/2018
Emploi/loisirs : Etudiante en musique et maman à temps plein
Habitation : Une maison à Dupont Circle
Célébrité choisie : Zoe Sugg
Multicomptes : Jenna & Lilianna
Gifs :
Sam 18 Aoû - 21:25

❝ Vamos a la playa ❞
The mediocre teacher tells. The good teacher explains. The superior teacher demonstrates. The great teacher inspires.
J'avais envie que ma fille puisse profiter des vacances avec moi. En plus, la voir heureuse vaut tout l'or du monde à mes yeux et je sais qu'aller à la plage me permettra de passer un agréable moment avec elle. De plus, je sais que la date fatidique de la reprise des cours approche doucement mais sûrement et que ça me semblera interminable avant de pouvoir partir à nouveau ainsi. Je ne veux pas éprouver de regrets. Je m'étais donc organisée sur l'emmener quelques jours pas très loin de Washington où nous allons avoir la chance de profiter un peu des diverses activités à notre disposition. Je me disais avoir de la chance, ne connaissant personne qui se rend jusqu'au Maryland ou qui y vit mais j'étais loin de me douter que j'avais sous-estimer la puissance du hasard. Quoi qu'il en soit, je surveillais ma fille en profitant du soleil, installée sur ma serviette de place. J'ai de la chance, elle est assez calme et obéissante. Elle n'est pas du genre à se dire que "non" veut dire "oui en fin de compte. C'est déjà pas trop mal quand on y pense ! J'ai de la chance d'avoir une petite princesse adorable. J'avais promis de lui acheter une glace, je profiterais pour en manger un peu avec elle mais avant ça ? Elle veut aller dans l'eau. Je veux lui faire plaisir donc je laisse nos affaires sur la plage, y faisant quand même attention.

Elle court dans l'eau. Je suis heureuse de la voir dans cet état, comblée même. Je marche pour la rejoindre et je n'ai donc pas fais vraiment attention au monde qui m'entoure. Grosse erreur. J'ai fais tomber un homme. J'allais lui tendre la main mais je reconnais ce visage derrière les lunettes de soleil. Seulement, je ne savais pas qu'il était aussi... sexy. Oui, j'admettrais que j'avais déjà pris le temps de le déshabiller du regard une ou deux fois en court mais voilà. Là ? C'était inattendu, mais c'est vrai qu'on est dans un contexte loin de la scolarité. Je n'avais pas fais attention au fait qu'il me regarde, je ne peux pas voir ce qu'il regarde précisément vu les lunettes qu'il porte. Je me sens légèrement gênée, j'aurais réellement du faire attention à ce qui m'entourais. Quelle imbécile ! Heureusement, il ne semble pas trop mal le prendre non plus.

Heureusement oui, je m'en serais voulu autrement.

Lui dis-je très sincèrement avant qu'il ne parle de ma fille. Heureusement, il me sert une excuse toute prête pour que je n'aies pas à inventer un mensonge dans l'immédiat. Il pourrait sans problème croire que c'est ma soeur, je n'en doute pas mais bon... Je ne voulais vraiment pas que ça s'apprenne dans les couloirs de l'université. Je ne veux pas que les autres se permettent de juger les choix que j'ai fais, ou de me poser des questions totalement indiscrète alors qu'ils n'ont aucun droit de regard sur ma vie.

Ah, euh... Oui, ça m'occupe bien. Puis les enfants sont adorables... Enfin.. Une partie ?

Je ris doucement mais c'était sans compter sur ma fille qui estime que c'est le meilleur moment pour m'appeler "maman" devant lui. Je vire au rouge, me sentant légèrement mal à l'aise. Je me sens presque paralysée face à lui. Evidemment, je ne vais pas tenter de nier en prétextant une excuse pour justifier ça, ça serait simplement le prendre pour un con et je ne veux pas prendre l'un de mes professeurs pour le dernier des imbéciles. Je préfère lui demander tout simplement de ne rien dire, c'est plus honnête de ma part et je préfère me montrer honnête envers lui.

S'il vous plait... Est-ce que ça peut rester entre nous ? Personne n'est au courant de ça à l'université...

(c) Miss Pie

Voir le profil de l'utilisateur

_________________
 
I love you to the moon and back.
She may be quiet but she's a warrior and her prayers can move mountains.
©️ Miss Pie
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lane Swanson
Weird people in the street
Nombre de message : 53
Age : 27
Date de naissance : 21/09/1991
Date d'inscription : 16/08/2018
Emploi/loisirs : Musicien
Célébrité choisie : Tyler Joseph
Multicomptes : Elli, Nate, Barney, Laura
Ven 24 Aoû - 2:09
Drown in a sunken dreamQuelles chances y avait-il, pour que je tombe sur quelqu'un que je connaissais, pile ce jour-ci, alors que, selon mes pronostiques, la plage était censée être déserte ? Pourquoi avait elle décidé de venir, spécifiquement aujourd'hui ? il y avait plein d'autres endroits, bénéfiques pour un enfant ! comme... un parc de jeux, une bibliothèque, un musée, une conférence de quatre heures sur l'avancée technologique concernant les androïdes au moyen orient, si on voulait qu'ils dorment afin de se fumer un petit joint dans le plus grand des calmes... enfin... vous savez. Ce genre de choses. Ce genre de choses où je ne serais jamais allé. Ou du moins pas aujourd'hui, ma journée étant prévue ici.

Là, face à elle, je restais pantois. Pas totalement remis de ce que je venais de voir -pas que ça m'aie déplu, mais j'avais plutôt intérêt à ce que l'émoi qui se déployait en moi ne se voie pas, et je comprenais seulement aujourd'hui l'utilité de ces cours de théâtre que j'avais maintes fois séchés, optant plutôt pour des soirées improvisées au squatt-, j'étais tiraillé. D'un côté, une partie de moi, bien trop associable me suppliait d'avorter la mission, de me barrer et rejoindre cette serviette où j'allais me payer une tranche de sieste comme jamais; troquant ainsi mon teint de vampire contre celui d'une Pokeball, tandis que, de l'autre côté, une autre partie de moi me suppliait de rester là, avec elle. Pas que j'en sois soudainement tombé amoureux, ou que j'aie subitement décidé de la coller, pour jouer à ces jeux absurdes auxquels je détestais me prêter. Mais peut être que, pour une fois, je devais suivre cette petite voix. Celle qui encourageait à sortir, voir du monde, plutôt que de rester centré sur moi même comme je pouvais l'être si souvent, par timidité ou manque de volonté: il fallait dire que j'étais, en temps normal, ce qui s'apparentait légèrement à quelqu'un de réservé, ce qui n'aidait en rien les choses...

Le plus étrange dans cette histoire, était peut être que je n'avais pas besoin de me forcer. Peut-être était-ce mon état d'esprit, ou le soleil, qui me mettait particulièrement d'humeur joviale, à moins que ce ne fusse sa présence. Mais quelque chose me poussait à être amical, bien loin des distances que je m'efforçais de garder avec mes élèves à l'université.

Écoutant attentivement la réponse qu'elle apportait à ma question, j'hochais la tête, m'apprêtant à répondre  à sa remarque: elle avait raison: une partie des enfants était cool. Les autres ? c'étaient tout simplement de petits monstres à qui je n'aurais eu aucun remord à mettre des somnifères dans leurs pots de purée pour avoir la paix. Et... si vous vous posez la question ? oui, j'ai mon BAFA. Mais non, je n'ai jamais agi de la sorte avec qui que ce fut. Vous savez ce que c'est: des envies de meurtres, on en a sur n'importe qui. Et ma patience étant limitée, pour ma part, mes victimes imaginaires étaient souvent des enfants. Pourtant, jamais je ne leur aurais fait quoique ce fut. J'avais beau être un con, je n'étais pas pour autant un monstre. Seulement... je restais bouche bée. Cette gamine, que j'avais pris pour son gagne pain le temps d'un été, s'avérait, en réalité être pour elle une bouche à nourrir à l'année. Sans pour autant dire que je tombais de haut; j'étais tout de même surpris. Pourtant, je ne portais aucun jugement sur la jeune femme. Après tout, qui étais-je pour donner mon avis sur ce qu'elle avait fait de sa vie ? si elle était heureuse ainsi, c'était tout ce qui pouvait compter. Je n'étais pas comme ces gens, là, dehors, prêts à donner leurs avis, bons ou mauvais, sur tout et n'importe quoi. Moi ? je savais. Parfois, le silence valait le plus grand des discours. Et je préférais grandement ne pas avoir d'avis sur les choses qui ne me regardaient pas ou que je ne maîtrisais pas.

Lui adressant un sourire que je voulais rassurant et amical, j'ai haussé les épaules:

- Deux choses: tout d'abord... pourquoi est-ce que j'irai parler de ce que j'ai vu ? c'est ta vie, Gabriella. Ca ne regarde que toi et toi seule ! aller répéter que tu as une fille serait aussi logique que d'aller répéter que je fais du skate. Je te trouve très courageuse. Arriver à élever un enfant et gérer ses études tous les jours, chapeau ! Ce n'était pas de la pitié. Simplement un constat. La majorité d'étudiants n'ayant que les cours dans leurs vies trouvaient le moyen d'échouer lamentablement, alors qu'elle excellait. Enfin.. du moins dans mon cours. C'était l'un de mes meilleurs éléments, il fallait bien le reconnaitre. Et deuxièmement...  marquant une courte pause, lui lançant un sourire amusé, j'ai repris, le regard plein de malice: deuxièmement... arrête de me vouvoyer s'il te plait. J'suis pas ton grand-père ! ramassant mon paquet de cigarettes au sol, j'ai hasardé:

- Une glace, ça vous tente ? c'est moi qui offre !

©️ 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Weird people in the street
Nombre de message : 13
Age : 21
Date de naissance : 26/06/1997
Date d'inscription : 14/08/2018
Emploi/loisirs : Etudiante en musique et maman à temps plein
Habitation : Une maison à Dupont Circle
Célébrité choisie : Zoe Sugg
Multicomptes : Jenna & Lilianna
Gifs :
Lun 24 Sep - 10:57

❝ Vamos a la playa ❞
The mediocre teacher tells. The good teacher explains. The superior teacher demonstrates. The great teacher inspires.
Mes parents étaient catholiques. Pour eux, l'avortement était impensable malgré que mon père était en colère. Ils ne s'imaginaient pas non plus que je pratiquerais l'abstinence jusqu'au mariage, mais ils n'imaginaient pas non plus que je tomberais enceinte si jeune. Ils ne souhaitaient pas que ça s'apprennent et m'ont envoyé pendant un an à Philadelphie où j'ai vécu ma grossesse presque seule, recevant de temps à autre leur visite mais sans plus. Mes amis ne pouvaient pas être au courant, ils pensaient probablement que j'avais pratiqué un échange scolaire ou même que j'avais pris une année sabbatique, c'est certain. Ils étaient loin de se douter que j'étais enceinte et rien que pour ça, je ne pouvais pas leur dire. Mes parents tenaient absolument à ce que cette histoire ne s'ébruite pas. Beaucoup de gens pensent que c'est ma soeur, que je m'en occupe à temps plein parce que mes parents sont débordés. Ils sont tellement loin de s'imaginer à quoi ressemble la réalité. Une décision que mes parents ont réellement apprécié, c'est quand j'ai envisagé de reprendre les cours, ce que j'ai fais en fin de compte. Ils étaient heureux à l'idée que je retourne en cours malgré l'arrivée soudaine de Stella dans ma vie et ont décidé de m'aider financièrement pour que je puisse gérer les études et ma fille en même temps. Sans eux, je ne sais absolument pas comment j'aurais fais pour tout gérer : un boulot, les études et une fille. Ça aurait été bien plus compliqué.

Reprenant les cours dans pas si longtemps, j'ai décidé d'emmener ma fille à la plage pour qu'on profite un peu. J'étais loin de me douter que j'allais tomber nez à nez avec l'un de mes professeurs d'université. Après tout, on s'imagine tous que les professeurs se tirent à l'étranger durant leurs vacances, qu'ils profitent de leur famille ou j'en sais trop rien mais clairement, je ne m'attendais pas à le voir ici, pile aujourd'hui. Je ne suis pas déçue, je l'apprécie beaucoup mais je suis plus surprise qu'autre chose. Je ne savais pas non plus comment il allait réagir mais heureusement, il semble ne pas le prendre trop mal. Forcément, l'un des premiers sujets a été de savoir qui était cette petite. Au départ, il s'imaginait que c'était du babysitting mais forcément, c'est ce moment exact que Stella a choisi pour m'appeler "maman". D'un côté, c'est peut-être mieux ainsi, le mensonge n'est pas une bonne chose mais forcément, je ne savais pas comment j'allais pouvoir expliquer ça. Plutôt que de nier, je préfère simplement lui demander gentiment de garder ce petit secret.  Après tout, j'ai trop vu de gens qui jugent les jeunes et les mettent tous dans le même panier en disant qu'ils sont de mauvais parents. Certaines personnes plus jeunes s'en sortent bien alors que d'autres... Peu importe l'âge, certains ne sont simplement pas fait pour être parents. Je n'ai pas envie d'entendre des jugements, des critiques ou que sais-je sur la vie que je mène, vie qui me convient bien d'ailleurs.

J'en sais rien ? A vrai dire, certains ne se seraient pas gênés. Je préfère garder cette partie de ma vie juste pour moi. De plus, tout le monde s'imagine que c'est ma petite soeur et ça me convient bien ainsi. Lui avouais-je avant d'ajouter. Mes parents m'ont fait quitté la ville pour que ce secret reste dans la famille uniquement. Je hausse les épaules, me rendant compte que j'en ai peut-être trop dit à ce sujet. Eh bien... Merci ? J'essaie de tout gérer en tout cas, c'est pas toujours facile. Loin de là d'ailleurs, c'est souvent difficile de tout gérer mais je pense m'en sortir pas trop mal en fin de compte. Je ris doucement face à sa comparaison, répondant ensuite. Pardonnes moi, dans ce cas. Face à sa proposition, Stella est toute contente. D'un côté, je me sens mal d'accepter mais de l'autre, j'ai quand même envie de passer un petit moment avec lui. Il a été tellement adorable et gentil avec ça. D'accord, mais je t'en dois une aussi à l'occasion. Ou même un café, ou un repas. A voir ! Je le regarde, souriant.

Spoiler:
Encore une fois, je m'excuse concernant l'attente de ma réponse...   J'espère que tu aimeras quand même.  

(c) Miss Pie

Voir le profil de l'utilisateur

_________________
 
I love you to the moon and back.
She may be quiet but she's a warrior and her prayers can move mountains.
©️ Miss Pie
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lane Swanson
Weird people in the street
Nombre de message : 53
Age : 27
Date de naissance : 21/09/1991
Date d'inscription : 16/08/2018
Emploi/loisirs : Musicien
Célébrité choisie : Tyler Joseph
Multicomptes : Elli, Nate, Barney, Laura
Jeu 27 Sep - 13:26
Drown in a sunken dream
La gêne était passée. Certes, je me sentais toujours un peu stupide de l’avoir reluquée aussi ouvertement, espérant au fond de moi que le souvenir de Gabriella en maillot ne viendrait pas s’insinuer dans mon esprit lorsque les classes auraient repris, mais cela ne m’empêchait en aucun cas d’avoir cette discussion avec elle. Retirant mes lunettes de soleil, je me suis contenté de l’écouter ; c’était là tout ce que je pouvais bien faire, de toutes façons.

J’aurais pu lui en vouloir, d’avoir essayé de m’embobiner. J’aurais pu ne pas essayer de comprendre, prenant le parti de me dire que finalement, il n’y avait que peu d’intérêt à discuter de « ça » avec elle. Et quand je parlais de « ça », bien évidemment, je ne parlais pas de ses honoraires en tant que baby-sitter, mais bien du fait qu’elle avait une fille. Pour moi, chacun faisait ce qu’il voulait, quand il le pouvait. La vie n’était pas toute rose pour tout le monde ; et je ne savais que trop bien ce que ça faisait, de devoir cacher la vérité à ceux qui nous entourent. Parfois, c’en était oppressant, malsain. D’autres fois, on se disait que c’était mieux ainsi, que ces choses nous appartenaient, que les autres n’avaient pas besoin de savoir. Une sorte de jardin secret de l’extrême,en somme. Et n’oubliant jamais que l’on ne connaissait jamais totalement quelqu’un, j’étais du genre à ne jamais juger qui que ce fut, quoi que je puisse découvrir à son égard. Après tout…Les actes de chacun avaient toujours une bonne raison, qui pouvaient parfois nous échapper certes, mais son auteur lui, savait vraiment. Et c’était tout ce qui comptait. Inutile d’aller chercher plus loin…

Pourtant, j’ai bien vu dans son regard, qu’elle se sentait honteuse. Tout en elle le laissait supposer. Et naturellement, j’ai tenté de la rassurer. Pas pour paraître sympa, ni pour jouer les hypocrites -je disais toujours ce que je pensais.- mais peut être tout simplement parce que je détestais voir mes pairs dans de tels états. Gaby était une fille forte ; j’en avais été convaincu dès le premier cours où elle avait décidé de pointer le bout de son nez, pour une raison que j’étais incapable de donner, là maintenant. J’en avais la conviction, c’était tout. C’était important, d’avoir des convictions auxquelles se raccrocher dans la vie.

Lui adressant un sourire, j’ai haussé les épaules :

- Je vois...crois moi, je ne fais pas partie de ceux-là, tu peux te rassurer !


Je comprenais ses raisons, et je respectais son choix. Si elle voulait que la petite soit sa sœur aux yeux du monde, alors ce serait sa sœur, aussi simple que ça. Après tout, cette histoire n’avait pas du être simple à gérer pour elle. Devoir disparaître le temps que l’histoire se tasse, laisser sa mère être celle de la petite, rester dans l’ombre. Personne n’avait le droit de pourrir les efforts qui avaient été faits jusqu’ici.

L’entendant s’excuser, j’ai ri légèrement lui adressant un clin d’oeil :

- Pas de problème !

Et marquant une courte pause, j’ai arqué un sourcil face à sa proposition :

- Attention, je risque de te prendre au mot. Ce qui te fera plaisir ! Mais… fais gaffe, j’ai une très bonne mémoire


Et souriant encore une fois, j’ai commencé à marcher en direction de la cahute du marchant de glaces, pensant déjà aux parfums que je devrais choisir.
©️ 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Weird people in the street
Nombre de message : 13
Age : 21
Date de naissance : 26/06/1997
Date d'inscription : 14/08/2018
Emploi/loisirs : Etudiante en musique et maman à temps plein
Habitation : Une maison à Dupont Circle
Célébrité choisie : Zoe Sugg
Multicomptes : Jenna & Lilianna
Gifs :
Mar 2 Oct - 20:11

❝ Vamos a la playa ❞
The mediocre teacher tells. The good teacher explains. The superior teacher demonstrates. The great teacher inspires.
Je sais que tôt ou tard, cette histoire s'apprendra mais après tout... Les jeunes mamans ne sont pas interdites dans les université. Ce n'est pas que ça risque de changer quelque chose à ma vie. J'aime ma fille, elle représente tout pour moi et j'ai envie qu'elle soit fière de moi tout comme je suis fière d'elle. Que les gens de l'université soient au courant ne changera rien au fait qu'elle est là, que je l'ai dans ma vie et que je suis sa mère. Je n'ai pas honte d'elle, je ne regrettes pas la manière dont les choses se sont passées. Après tout, on s'imagine toujours que tomber enceinte très jeune n'arrive qu'aux autres, que ça ne nous arrivera jamais. C'était aussi ce que je pensais à l'époque... Jusqu'au jour où je me suis retrouvée chez le gynécologue pour échographie parce que j'avais fais un test de grossesse qui s'est révélé positif. On était tous pris au dépourvu et mes parents ont fait ce qu'ils pensaient être la meilleure décision. A l'heure actuelle, ils m'aident encore énormément à savoir tout gérer dans ma vie. L'adoption n'était pas envisageable pour moi mais la fin de mes études non plus.

C'est d'ailleurs ainsi que j'ai fini dans la classe qu'enseigne Lane. Parce que j'ai repris mes études après mon accouchement, quand je suis revenue en ville. Je voulais devenir musicienne, c'est un rêve que je souhaite réellement accomplir malgré tout. Avoir un enfant ne m'empêche pas de croire en mes rêves et de me donner les moyens d'y arriver. Je tiens réellement à tout ça, c'est ce que je désire plus que tout. Rien ni personne ne pourra se mettre en travers de ce que je désire réellement. Être mère ne veut pas dire que je dois renoncer à tout, surtout que je pourrais offrir une vie géniale à Stella sans passer par mes parents, je ne veux pas non plus dépendre d'eux jusqu'à la fin de ma vie. J'ai pour but de me prendre en main et de gérer seule mais c'est pas pour tout de suite. D'abord les études, chaque chose en son temps.

Je l'écoute me dire qu'il n'est pas comme ça, ça m'arrache un sourire sincère, me sentant déjà bien plus à l'aise.

Je vois ça, et ça me fais plaisir.

Il me dit finalement qu'il pourrait me prendre au sérieux. N'a-il pas compris que c'est justement ce que je voudrais ? Après tout... Je n'ai pas balancé ça à la légère. Il s'est montré très gentil à mon égard et l'inviter à dîner à l'endroit où Stella et moi restons le temps du week-end me ferait réellement plaisir. Je ris quand il me dit qu'il a très bonne mémoire.

C'était légèrement le but. Tant mieux alors, parce que je te proposes de faire ça ce soir... Ou demain ? Je me débrouillerais sans problème pour nous concocter un petit quelque chose de délicieux.

Je marche à ses côtés avec Stella qui est déjà impatiente à l'idée d'avoir une glace. Ah... Les enfants !

(c) Miss Pie

Voir le profil de l'utilisateur

_________________
 
I love you to the moon and back.
She may be quiet but she's a warrior and her prayers can move mountains.
©️ Miss Pie
❝ Contenu sponsorisé ❞
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Version n°11 : Vamos a la playa, oh oh oh
» Vamos a la playa (Pv Zarathos)
» Vamos a la playa, a mi me gusta bailar... ♫ [Bastien]
» Vamos à la playa !
» Vamos a la playa... [ Lexie et Ty' ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: